Nombre total de pages vues

lundi 30 avril 2018

Tchin Tchin, à la vôtre !


 Les plus fidèles lecteurs se souviennent peut-être des articles déjà publiés ici concernant les porte-timbres, ces petits supports "publicitaires" qui agrémentent si agréablement les collections de nombreux philatélistes.
  Il faut bien reconnaître qu'en France, c'est de loin notre chère Semeuse qui se retrouve le plus souvent collée sur ces vignettes publicitaires, et ainsi mise en valeur comme dans un cadre.
Qu'elles soient commémoratives, de propagande ou simplement commerciales, et parfois illustrées, leur grande diversité fait également le bonheur de bien des thématistes.

On en trouve assez facilement, pour des prix qui restent la plupart du temps abordables, mais certains sont plus rares, et sur lettre ou carte postale correspondante, ils prennent tout leur sens, et deviennent très recherchés !

  Je me souviens d'un des tout premiers à être entré dans ma collection, dans les années 80 :


 Est-ce parce que je suis marseillais, comme l'entreprise fabriquant cette boisson ?
Ou bien uniquement parce que je l'avais repérée en couverture du fameux catalogue Yvert et Tellier spécialisé ?

Oui, oui, c'est bien elle en haut, et pas une qui lui ressemble !


  Depuis, j'ai bien tenté de me renseigner sur ces frères Barbaroux et sur ce Citronna.
Mais sans trop de succès hélas !
Je vous aurais bien mis une image, à défaut de pouvoir en déguster un verre...

Gallica m'a tout de même appris que cette fabrique de citronnade était située sur le boulevard Baille, pile là où je travaille, et de là où je vous écris à l'instant : amusante coïncidence !

  J'avais bien vu aussi, juste sous le timbre, en bas, que l'adresse imprimée sur le porte-timbre était la même que celle de l'en-tête de l'enveloppe : c'était eux qui avaient eu cette idée géniale, à Paris !




Plus tard, j'en ai trouvé bien d'autres exemples, dont quelques fameux carnets de porte timbres, pour le vin Mignon notamment, de Marseillan, un autre alcool...


Comme le Cointreau, dont la maison mère se trouve justement être le destinataire de ma lettre !
Il est fort probable que le courrier que contenait mon enveloppe proposait à Cointreau de lui fabriquer son porte-timbre, en lui montrant l'exemple de Citronna...

Cointreau qui a eu lui aussi droit à sa pub :


Comme la Menthe Pastille, d'Angers, avec ses pubs et ses carnets de porte-timbres elle aussi, vendus avec une ristourne, toujours grâce au "Timbre poste économique" :




Tout comme la liqueur vulnéraire Eau d'Arquebuse de l'Hermitage, de Lyon : 


Et comme le Vermouth Cristal, de chez Taillan à Cette, tout près de Marseille :







Plein de bonnes choses, comme vous pouvez le constater !

  De quoi donner raison en tout cas à ceux qui se sont lancés dans la lutte contre l'alcoolisme, et qui ont eux aussi émis beaucoup de ces porte-timbres, de toutes les couleurs, et avec des slogans particulièrement savoureux :




En stigmatisant même nos amis bretons s'il le faut, mais c'était pour la bonne cause !


 7 000 000 de litres d'OH pur par an !

Ils abusent avec leurs chapeaux ronds !
Vive les bretons...

 Et voilà en vitesse, un petit tour de France en Semeuse, à consommer avec délectation et modération, entre philatélie, erinnophilie, et belles images du début du XXème siècle...

Une belle idée de collection : riche, plaisante, instructive : tout pour plaire, croyez moi !

Aucun commentaire: