Rechercher dans ce blog

Nombre total de pages vues

mercredi 29 juillet 2020

Les mystères du 35 c. (suite)


  Pour faire suite à mon article du 10 mars 2012, je me suis récemment procuré cette épreuve de luxe de la Semeuse verte à 35 centimes, surchargée = 30 en rouge YT 476.
Rien de bien rare ni de très sexy !


Je ne raffole pas de ces tirages réalisés par l'atelier pour être peut-être distribués à quelques "personnalités officielles", et surtout imaginées à l'attention des philatélistes.
C'est vrai que l'impression est toujours soignée et le timbre bien mis en valeur, mais elles ne me plaisent pas trop. Une histoire de goût...

En plus, cette Semeuse est une des moins intéressante, et c'est une des dernières émises, en feuilles rotatives de 100 :

1938

Ses coins datés ne sont pas rares du tout, même si certaines dates me manquent encore, car les tirages ont été importants.

  Alors, pourquoi donc acheter cette épreuve ?

  Tout simplement car cela m'amuse de voir que l'administration s'est une nouvelle fois trompée de timbre, et surtout que personne ne semble s'en être aperçu depuis 80 ans !...

Comment ça ? De quoi ? Qu’ouïs-je ?

Et oui ! Le timbre représenté sur l'épreuve n'est pas le bon !

Pas plus que celui à 35 c. sans surcharge de l'épreuve collective que je vous avais dévoilé en 2012 !

Le doute n'est pourtant pas possible.
Comparons le timbre et l'épreuve. Regardez attentivement :



  Ceux qui ont l’œil auront vite reconnu cette fois-ci, pour l'épreuve, une Semeuse maigre, celle de 1906.
Incroyable, non ? Et pourtant vrai !

L'atelier a donc ressorti le vieux poinçon ayant servi à imprimer la Semeuse maigre violette YT 136 pour imprimer à plat cette épreuve, de ce timbre vert qui n'a existé qu'en rotatif !

   Pour ceux qui en douteraient, et penseraient à une impression très fine, à un papier plus luxueux pour expliquer que les inscriptions soient maigres, la confirmation se trouve au niveau du fameux point de couleur situé dans la ceinture, que l'on ne retrouve QUE sur la Semeuse maigre.


Il est bien présent sur l'épreuve de l'atelier !

Comme sur la Semeuse maigre de 1906 :


Alors que le timbre en est, lui, absolument dépourvu :


Puisqu'il s'agit d'une Semeuse "grasse".


Cette dernière image vous permettra facilement de comparer
les inscriptions maigres avec celles de la Semeuse dite "grasse" 
ce qui est particulièrement net au niveau de la valeur faciale et du mot POSTES.


Par ailleurs, on voit aussi que la surcharge n'est pas tout à fait identique.
Le zéro est bien plus ovale sur l'épreuve !


  Comme quoi on peut encore et toujours apprendre quelque chose sur notre vieille Semeuse, et se servir d'internet pour en faire profiter le plus grand nombre !...



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci Frédéric pour nous faire partager tes découvertes ...
Je viens de passer commande de l'épreuve de luxe, prix modeste, pour pouvoir sortir ma loupe et profiter de cette découverte ...
Christophe PETITMANGIN

Patrice Boret a dit…

Bonjour,
Belle découverte qui montre que ce 136 tout comme le 135 avaient séduit les imprimeurs de l’atelier qui n’hésitaient pas à l'occasion à le faire « revivre ». P. de Lizeray avait pu examiner le poinçon type 2 du 136 (Les poinçons semeuses du musée postal vol 1) avec une interrogation de sa part sur l’existence d’un poinçon type 2 émettant la possibilité d’une retouche directement sur le poinçon type 1 pour "en faire un type 2" et donc un seul poinçon pour les deux « types », mais tu dois savoir tout ça et si c'est encore utile de le dire : bravo pour la qualité de ton site.
Patrice