Nombre total de pages vues

samedi 16 juillet 2016

On ne surchargeait pas que les timbres !


  En 1926, on sait que le tarif de la lettre simple pour l'intérieur va augmenter à 2 reprises :

            - dans un premier temps de 30 à 40 centimes, le 1er mai, raison pour laquelle ont existé les différents carnets de timbres à 40 c.

            - et dans un second temps à 50 centimes, le 9 août, donnant naissance à nos bien aimés carnets du 50 c. Semeuse lignée rouge, élu roi des carnets !

Fait exceptionnel : PENDANT ONZE ANS, jusqu'à l'été 1937, ce tarif va rester inchangé, tout comme celui de la lettre pour l’étranger à 1 f. 50, expliquant la longue vie des carnets de timbres à 50 c. (et pas uniquement au type Semeuse d'ailleurs).

La transition en revanche, le passage de témoin, a bien eu lieu entre deux Semeuses : YT 194 et 199.

C'était en plein milieu de l'été, il y a 90 ans !

   Beaucoup de collectionneurs l'ignorent probablement, mais les tout premiers carnets du 199 sont fort rares, contrairement à ceux du 194 qui sont très courants, tout en se partageant les mêmes couvertures !


  Il n'y a pas de petites économies ! Ce n'est pas parce que le tarif change encore une fois, et que l'on doit sortir précipitamment des carnets à 50 c. que l'on va balancer à la poubelle pour autant les couvertures déjà imprimées de ceux à 40 c. qui ne vont plus pouvoir se vendre !...

Au contraire, et cela va même nous faire gagner du temps, se dit-on : il va nous suffire de surcharger ces couvertures, comme l'on a si bien su le faire avec les timbres par le passé !

  Vous connaissez certainement les banales couvertures des carnets du 194, puisqu'on en trouve de partout et pour pas cher, même avec tous leurs timbres à l'intérieur (celles-ci sont des séries 108 et 110 E) :

CARNETS à 40 c.


Et bien ! Amusez-vous donc à dénicher ces mêmes carnets avec des timbres à 50 c. dedans !...

Je vous souhaite bien du courage : ils sont absolument introuvables !

Cela m'a pris personnellement plusieurs décennies !
Il faut avouer que j'ignorais pendant longtemps tout de leur existence...

  En cliquant dessus pour agrandir les images, vous pourrez mieux découvrir les deux types de surcharges qui ont été apposées sur ces couvertures du 194 pour les transformer en carnets du 199 :
la première en rouge, et la seconde en noir !

CARNETS à 50 c.

  Vous pouvez regarder de près : ce sont bien les mêmes couvertures, habilement recyclées !

On y a même inséré, au milieu des 2 panneaux de timbres, un feuillet publicitaire, qui masque sur ces images les 10 autres timbres du carnet, mais je vous assure qu'ils y sont bel et bien !

Evidemment les pubs sur les bords ne sont pas forcément les mêmes, mais en ce qui concerne le 199, les carnets avec pub EVIAN sont un peu moins rares que les quelques autres ayant existé avec ces fameuses couvertures du 194 surchargées...

Comme par hasard, le carnet 199 avec pubs GREY POUPON / VITTEL / SECOURS / SECOURS existe lui aussi avec la série 110 surchargée : afin de faire face à l'urgence de la demande de carnets à 50 c. la poste en a profité pour conserver les mêmes annonceurs !

Ceux-ci avaient signé un contrat pour un certain nombre de carnets vantant les mérites de leurs marques. Donc : fini pour ceux à 40 centimes, et vive ceux à 50 !

Car peu leur importait (à eux) la valeur des timbres !


  Vous aurez compris que les plus précoces des carnets du 199 sont ceux dont la couverture est de la fameuse série 108 surchargée en rouge. 

On n'en connait que deux :

- le 199 C 3 = EVIAN / EVIAN / EVIAN / EVIAN que nous vous avons montré ici

- et le 199 C 16 = SECOURS / URODONAL / SECOURS/ GYRALDOSE, qui me manque encore !


Curieusement, nous n'avons jamais croisé de cas similaire pour la série 109

c'est donc à vous d'en dénicher un, s'il existe encore...

puisque la sortie des séries successives respectait un ordre chronologique.


Par la suite, les séries se sont enchaînées à un rythme effréné jusqu'en 1931 avec les couvertures de la série 264, la toute dernière a avoir accueilli notre chère Semeuse ! 

Puis vint le type Paix, puis les autres...



Aucun commentaire: