Nombre total de pages vues

lundi 19 octobre 2015

Doublement faux !

   Les promenades sur les sites de ventes aux enchères m'ont souvent permis de dénicher de belles pièces pour ma collection, et je ne suis certainement pas le seul dans ce cas...

Même si le marché philatélique est souvent morose, en cherchant bien, on trouve parfois matière à se redonner le sourire.

Et aussi souvent de belles arnaques, c'est vrai !

En voici un bel exemple :


La description en anglais mentionne pourtant bel et bien qu'il s'agit d'une contrefaçon (forgery en anglais), et il n'y a pour l'instant aucune enchère.

Mais je me demande s'il ne va pas se trouver un francophone pour se faire avoir...

La surcharge est fausse, mais réellement apposée deux fois.

Sur un timbre oblitéré Semeuse 35 c. violet YT n°142.

Mais sur un exemplaire au type I, qui a été imprimé à plat, contrairement à celui qui a été surchargé officiellement, qui est bien plus rare, imprimé en rotatif et qui est au type II.

Type II que l'on identifie à la forme du premier S de POSTES.

Une seule feuille de 100 timbres existe avec l'erreur "double surcharge".

Le décalage des deux surcharges est assez peu visible, vers la droite et non vers le haut, comme sur cet exemplaire :



La feuille a été imprimée le 14 avril 1926, et certainement vendue au guichet de la poste à l'époque.
L'erreur n'ayant pas été repérée.

L'expert (Monsieur CAMPEAU) qui l'a eue par la suite entre les mains, a bien pris soin de signer à l'aide de son cachet circulaire tous les timbres, et de les numéroter au verso, pour les vendre à ses clients philatélistes.

Le découpage a eu lieu avant 1958, puisque le célèbre négociant parisien Monsieur Georges MONTEAUX en a vendu à cette date.

Je ne pense pas qu'il en existe d'oblitéré.

A moins qu'un de ces philatélistes n'ait poussé le vice jusqu'à s'en servir pour affranchir une lettre, qu'il se serait adressée à lui-même probablement.

Ce serait une rareté, certes un peu "philatélique", mais vraiment exceptionnelle !






Aucun commentaire: