Nombre total de pages vues

mercredi 17 février 2010

Du jamais vu au type Semeuse !

Depuis 1903, le moins que l'on puisse dire, c'est que les timbres au type Semeuse ont largement été collectionnés, et souvent très bien étudiés par beaucoup de grands philatélistes.

De nombreuses études très poussées ont été publiées, et les catalogues ont peu à peu répertorié à peu près tout ce que l'on peut trouver comme types, présentations ou variétés.

Tout ou presque...

Les découvertes se font donc de plus en plus exceptionnelles.

En voici pourtant une, et une belle comme l'on dit à Marseille ! ou à Marseillan !




Un domaine restait cependant, et jusqu'il y a peu, assez méconnu : celui des porte-timbres, ces petites vignettes, souvent publicitaires, qui ont supporté de nombreux timbres d'usage courant, dont nos chères Semeuses.

La récente parution (avec le dernier catalogue Yvert et Tellier) d'un fascicule les répertoriant enfin convenablement, devrait leur apporter un certain regain de popularité aux yeux des collectionneurs. En effet, ces porte-timbres illustrent à merveille une collection thématique, et sont le reflet d'une époque où la Semeuse régnait en maîtresse sur le courrier...



**********
C'est en 1906 que La Poste émit pour la première fois des carnets de timbres, mais ce n'est que bien plus tard qu'elle acceptera de leur adjoindre de la publicité.

En revanche, à partir de cette même année 1906, quelques ingénieuses entreprises ont eu la bonne idée de la devancer sur ce point, en se faisant fabriquer de très jolis carnets publicitaires de 6 porte-timbres utilisant les timbres courants du tarif intérieur à 10 centimes.

Le modèle de ces carnets est toujours un triptyque en papier cartonné rose, contenant 6 porte-timbres, parfois en plusieurs couleurs, et toujours très joliment illustré. Les couvertures étaient numérotées, et parfois identifiées par des lettres.


Ils étaient fabriqués par une entreprise Parisienne : "Le timbre-poste économique". La Poste tenta même de les faire interdire à cause du rabais consenti sur la vente de ses timbres !

Vous pourrez tous les admirer à loisir dans le magnifique ouvrage sur les carnets de nos amis Lucien Coutan et Patrick Reynaud, paru chez Yvert. Enfin presque tous devrais-je dire...


Il s'agit des 5 entreprises suivantes :

     -     La Belle Jardinière
     -     Le Manchon Hella
     -     Menthe pastille
     -     Un Mignon
     -     La Tisane du Laboureur.


C'est ainsi que l'on connait l'existence de nombreux porte-timbres et de rares carnets parvenus jusqu'à nous, avec le 10 c. rouge Semeuse lignée (YT 129), puis avec le 10 c. rouge Semeuse maigre (YT 135), puis avec le 10 c. rouge Semeuse camée (YT ).

Ces carnets ont eu un très joli succès, probablement aussi du fait de la réduction que ces entreprises proposaient à leurs clients en les vendant 50 ou 55 centimes, au lieu des 60 c. que les timbres représentaient !


Ils ont donc beaucoup servi pour l'affranchissement, mais ce n'est pas pour autant que les amateurs les trouvent facilement sur le courrier de l'époque plus de 100 ans plus tard : ils sont toujours assez recherchés, et les carnets sont même très rares !
Un seul carnet de La Tisane du Laboureur est connu à ce jour !
Prévoyez un budget de quelques milliers d'euros si vous en voyez passer un...


Mais voici enfin le motif de ce petit article, et aussi la justification de son titre :

Nous avons eu la chance de découvrir (et d'acheter par la même occasion) un de ces rares carnets vantant les bienfaits du vin apéritif Mignon.


A notre grande joie, ses porte-timbres sont cette fois-ci revêtus du 10 c. rouge Semeuse avec sol (YT 134) ! Ce carnet n'avait jamais été répertorié jusqu'à ce jour !
Ce timbre vient donc s'intercaler logiquement, et chronologiquement entre le 129 et le 135 que l'on connaissait déjà, comme le 138 pour cette entreprise de Marseillan.


Il porte cependant la signature d'un grand collectionneur qui fut de nos amis, mais à une époque où internet ne permettait pas la diffusion des informations comme aujourd'hui, et où les carnets de porte-timbres étaient bien moins connus : on en voyait même se vendre dans les ventes publiques, ce qui n'est hélas plus trop le cas...





En cherchant bien, à posteriori, auprès des amateurs de ces vignettes, on s'aperçoit que ce fameux n°134 avait déjà été vu sur des portes timbres d'une de ces entreprises (Hella en l'occurrence, comme sur les deux photos suivantes), mais en tout cas pas avec le vin Mignon, et surtout jamais en carnet !



Ce qui veut dire, vous l'aurez compris, qu'il doit donc peut-être encore exister quelque part un carnet de ces porte-timbres Hella (rouges ou bleus ?) avec le 134 comme timbre, et qu'il vous reste à le découvrir, avant nous !!!!

*************
Merci de nous signaler si vous avez, ou si vous avez déjà vu,
un de ces 134 sur un porte-timbre Mignon : nous sommes preneur.

Aucun commentaire: