Nombre total de pages vues

samedi 28 juillet 2012

Semeuse cherche explications sur ce tarif


Presque tous les philatélistes connaissent fort bien ce timbre à 10 c. vert au type Semeuse avec ses inscriptions maigres, répertorié dans nos chers catalogues sous les numéros 188, 188 A, et 188 B selon qu'il est accompagné ou non de sa bandelette publicitaire (au-dessus ou au-dessous) portant les fameuses publicités Phéna ou Minéraline.


La plupart d'entre eux sait sûrement aussi qu'ils proviennent de carnets de 10 timbres.
Carnets dits "privés" car fabriqués par La Poste à la demande de deux laboratoires pharmaceutiques, qui les ont eux mêmes distribués gratuitement, entre autres à leurs correspondants, souvent des médecins.

Les avantages de leurs produits étaient vantés sur les couvertures des carnets en question.

Les médecins étaient libres d'utiliser les timbres pour leur usage personnel, mais surtout, et c'était le but de l'opération, ils pouvaient commander ainsi par courrier et sans aucun frais les produits commercialisés.
 
C'est le cas de la présente carte postale, carte également distribuée par le laboratoire d'ailleurs.

En 1926, ce sont les laboratoires Mauchant qui ont lancé l'idée avec les carnets Minéraline, puis les laboratoires Phéna ont fait de même en 1927.
L'encre des deux n'est pas tout à fait semblable : plutôt vert-jaune pour le Minéraline et plutôt vert-bleu pour le Phéna.

En revanche, nul ne sait pourquoi il a été décidé de ressortir des placards le vieux modèle de Semeuse dite maigre, qui avait été utilisé entre 1906 et 1910, sous la forme de feuilles et de carnets de 20 timbres.
Quelle drôle d'idée !

Surtout que le 10 c. vert au type Semeuse camée dite grasse était déjà bel et bien né à cette époque, en feuilles à plat ou rotatives, en roulettes à plat ou rotatives, et aussi en en carnets de 20 timbres...

L'initiative Minéraline ayant eu du succès et étant passée +/- inaperçue des philatélistes d'alors, le nombre de carnets conservés entiers est bien moindre que pour son homologue Phéna, d'où la différence de valeur aujourd'hui, alors que les tirages respectifs sont à l'inverse.

Ces timbres ne sont vraiment rares que bien centrés.

Ou bien encore plus rares sur document d'époque non philatélique ayant circulé ! Rarissimes !
Je crois même que l'on peut compter sur les doigts d'une main les Minéraline ayant ainsi servi...

Sur certains d'entre eux, à la case 5 située en haut à droite du bloc de 10, donc toujours avec coin de feuille, le R de REPUBLIQUE a la forme d'un P.

Pour illustrer la demande qu'ont suscitée les timbres Minéraline, voici un document rare de 1927, signé de la main du Dr Mauchant lui-même, répondant à un médecin lui faisant la demande d'un de ses carnets, et auquel il n'a pu fournir qu'un timbre :

Il s'agit d'une pièce exceptionnelle !

Mais revenons à présent à l'interrogation qui a motivé la rédaction de cet article :

Pourquoi donc cette carte est elle affranchie à 30 centimes ?

Est-ce que le tarif normal n'était pas de 40 centimes ?

L'année n'est pas bien lisible sur le cachet.

MERCI de vos commentaires ou réponses, toujours bienvenus !


Aucun commentaire: