Nombre total de pages vues

jeudi 15 septembre 2016

Malédiction !


  En octobre 2010, sur ce même "blog", à propos de timbres perforés, j'avais montré un fragment de la fameuse LETTRE à 5 CENTIMES, dont quelques exemplaires seulement sont connus, et dont je rêve depuis quelques décennies.

Celui-là il est bien à moi, mais hélas sur un fragment de lettre seulement.

Si vous voulez vous rincer l'œil, vous pouvez toujours admirer les deux modèles qui existent BANYULS et CANIGOU, au bas de la rubrique des entiers du 138 sur le site suivant :

http://www.semeuse.com/138_entiers.html

Vous verrez, ces lettres publicitaires sont absolument magnifiques !
Elles étaient vendues avec un rabais grâce aux annonceurs, et accompagnées d'un buvard, d'un porte-plume etc...

Mais je ne vous avais pas tout raconté à l'époque...

  Un jour de 2010, j'en ai vu passer une, proposée en vente sur offres (Sinais).
Et vous pensez bien que j'ai donné un ordre.
J'avais réuni toutes mes économies de l'époque, et tenté une folie avec une offre de 2686 euros !

   Et bien, devinez combien elle a été vendue ?
2688 euros : Ratée de peu ! Mais l'acheteur avait certainement misé plus haut...
Je n'ai toujours pas digéré la mésaventure !


  Voilà que cet été, rebelote : une autre, moins jolie certes, mais à un meilleur prix de départ, apparaît dans une vente destinée à des philatélistes plutôt spécialisés sur autre chose que le type Semeuse.
Mon espoir renaît quelque peu...

  Alors, je retente le coup, et cette fois-ci, BINGO ! C'est moi qui remporte les enchères.
Pour 4 fois moins cher qu'en 2010. Enveloppe un peu abîmée il est vrai.
  On était début juillet. Ma fête tombant comme chaque année le 18, j'étais donc le plus heureux avec mon cadeau tout trouvé ! De plus, le prix atteint en faisait presque "une affaire".

  Et bien non !
Ratée une nouvelle fois !
Jamais reçue la maudite lettre à 5 centimes !
Walou !
Le destin en a voulu autrement !

Elle se serait soi-disant perdue, ou aurait été volée sur le trajet entre la maison de vente et la mienne, mais ils ne savent pas si ils me l'ont adressée ou pas !...
C'est un peu louche, non ?
Un peu l'impression de m'être fait avoir !
Vous imaginez ma déception !

Je vous la montre malgré tout , au cas où le voleur veuille la revendre à un de nos lecteurs, ou veuille bien la rendre à son propriétaire, sait-on jamais...

Je n'ai que cette vilaine image. Mais on la reconnait très facilement à la déchirure de l'enveloppe :

WANTED !

MERCI de me faire signe si vous la voyez passer, et MERCI d'alerter aussi la maison BOULE à qui elle a peut-être été volée, ou bien où elle s'est perdue...

Je vous rassure : je ne l'avais pas payée.
Pas chanceux peut-être, mais pas fada non plus le marseillais !